Suite au projet Art et Philo qui a été mené tout au long du mois de juin au sein de l’antipode de Cleunay (Rennes), les artistes Mioshe et Ali ont réalisé la semaine dernière une fresque murale s’inspirant des échanges menés lors des cafés philo que j’ai eu le plaisir d’animer.

Un projet original :

Avant de déménager dans le quartier de la Courouze (en septembre prochain), l’équipe de la MJC a souhaité donner l’opportunité aux habitants de s’exprimer sur différents thèmes en lien avec ce changement. Nous avons pour cela choisi d’aborder trois thématiques lors des différents ateliers philo : Le voyage, l’inconnu, l’art et le beau.

Les deux artistes présents sur chacun des ateliers ont pu s’inspirer des échanges des habitants (regroupant enfants, adolescents et adultes du quartier) pour ensuite réaliser la dernière fresque sur les murs de l’Antipode.

Témoignage de Mioshe*, artiste :

Mioshe présent lors des différents ateliers philo

 » Avant de commencer ce cycle d’ateliers, j’étais déjà conquis par l’idée de tenter de discuter avec des « inconnus » sur des grands sujets, surtout après ces longues périodes de distanciations sociales. Je trouve très intéressant de partir sur des supports différents pour libérer la parole, et pour essayer de formuler une pensée commune tout en gardant l’altérité de chacun.

Ateliers philo et fresque murale : Quelles inspirations ?

Pour ma part c’est la tentative de mise en abîme graphique et symbolique de l’expérimentation des ateliers qui a été moteur : partir de deux formes de nature totalement différentes qui se rencontrent : la porte en perspective d’Ali qui vient filtrer la forme stratifiée que j’ai réalisée. L’idée du « tamis », qui transforme ma sinusoïde rouge est un clin d’œil à l’état mouvant de la pensée lors des ateliers philo. Celle-ci passe par différents prismes, dans l’œuvre c’est cette porte bleue qui est le médium qui affine, qui filtre les changements d’état. 

Ce fût une collaboration très fructueuse, et je suis plutôt enjoué à l’idée que cette expérience nous ait permis, au delà des belles rencontres, de faire un pas de côté par rapport à notre pratique artistique et de la nourrir d’une manière encore inédite, puisque pour Quentin et moi même ce fut une première. »

*Antoine Martinet dit MioSHe dessine et peint sur le mur et sur la toile la relation entre l’humain, l’urbain et la nature.

Lire l’article de l’Antipode de Cleunay au sujet du projet « Arts et Philo ».

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.