Le deuxième temps fort du projet Arts et Philo proposé par l’Antipode de Cleunay a eu lieu sur le thème de l’inconnu.

Lors de ce second atelier philo, les participants ont pu, dans un premier temps, ressentir et imaginer l’inconnu lors d’une écoute musicale. Chacun a dessiné l’inconnu tel qu’il l’avait préalablement imaginé et posé une question sur l’inconnu.

Suite à la cueillette de questions, le groupe à voté pour la question qui a constitué le point de départ de la réflexion :  » L’inconnu se trouve-t-il dans l’espace? « 

A partir de cette question les participants ont établi deux sens différents du mot espace : L’espace que nous habitons avec notre corps et l’espace comme univers. L’univers serait alors ce qui représente l’inconnu car pour la plupart des personnes nous n’en faisons pas l’expérience, il est également cet endroit illimité dont on n’arrive pas à avoir une idée claire, et enfin où il reste des découvertes à faire. Pour autant, l’espace que nous habitons est-il réellement connu ? Y-a-t-il toujours de l’inconnu ou de l’imprévisible dans notre quotidien ? Se sont ces questions qu’a ensuite examinées le groupe …

Lors des échanges, les participants se sont également interrogés sur diverses questions telles que :

  • Qu’est-ce que l’inconnu ?
  • Quand faisons-nous l’expérience de l’inconnu?
  • Que provoque l’inconnu chez les êtres humains ?
  • Quelles émotions nous inspire l’inconnu ?
  • Pourquoi recherchons-nous l’inconnu ?
  • Qu’est-ce que le connu ? Le connu existe-t-il ?
  • Que signifie l’expression « connaître par cœur »?

En fin d’atelier, les participants ont été amené à créer en binôme une citation en lien avec l’inconnu et un concept tiré au sort :

  •  » L’enfance c’est s’adapter à l’inconnu » Léopold, Gwendal et Sara
  •  » Le voyage vers le futur nous projette vers l’inconnu » Matisse et Jean-Luc
  •  » La naissance d’un être cher nous mène vers des émotions inconnues » Camille, Nicole et Eva
  • « La curiosité c’est l’amour de l’inconnu  » Christelle et Claudine
  •  » Le bonheur se situe là ou l’inconnu bascule dans le connu » Béatrice et Ali
  •  » Le rêve des vivants : Résoudre l’impossible inconnu » Antoine et christelle

Ce deuxième atelier a réuni 14 personnes : Enfants, adolescents et adultes du quartier de Cleunay ainsi que les artistes Mioshe et Ali. Cette réflexion collective sera source d’inspiration pour les artistes Mioshe et Ali qui réaliseront la dernière fresque sur les murs de l’Antipode entre le 14 et 18 juin prochain. (Inauguration le 19 juin)

Suite à cet atelier philo, Eva coordinatrice du projet a proposé un temps de création artistique durant lequel nous avons avons réalisé différents cadavres exquis (jeu consistant à faire composer une phrase, ou un dessin ou un collage par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles ne puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes).

Quel plaisir de se retrouver lors de ces moments remplis de convivialité et de sincérité, qui avaient manqué à beaucoup d’entres nous cette année !

En attendant de découvrir la fresque, voici quelques dessins réalisés par l’artiste Mioshe, lors de l’atelier philo:

« Ramener quelque chose d’inconnu à quelque chose de connu, cela soulage, rassure, satisfait, et procure en outre un sentiment de puissance. Avec l’inconnu, c’est le danger, l’inquiétude, le souci qui apparaissent – le premier mouvement instinctif vise à éliminer ces pénibles dispositions »

Nietzsche, Crépuscule des idoles.

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.